Orthodontie fonctionnelle
Thérapie dentaire qui établit le lien entre la bouche et le reste du corps, sur les plans psychique, organique et psycho-affectif. Elle permet au patient de s'investir dans son propre traitement.
Association Française Pedro Planas »

Le nom "dentosophie" provient de la conjonction du latin "dens", la dent et du grec "sophia" la sagesse, donc la sagesse des dents.
Site web de Michel Montaud »
Plombages
En dentisterie, on parle d'amalgame pour désigner un matériau utilisé pour obturer les caries qui se forment dans les dents après que leur partie cariée a été nettoyée. Bien qu'encore appelé « plombage », l'amalgame dentaire ne contient plus de plomb depuis qu'on a scientifiquement démontré la haute toxicité de ce métal. Il a été remplacé par un amalgame à base de mercure, dont l'innocuité est discutée.
Occlusodontie
Soigne les troubles des articulations temporo-mandibulaires.
Symbolique dentaire
C'est en fait la réflexologie dentaire, comme il existe la réflexologie des pieds, des mains et des oreilles et aussi une lecture du corps sur l'iris.
carte

à dix minutes à pied du funiculaire de Chardonne

Cliquez sur la carte pour un accès détaillé.

Cabinet dentaire

chemin des Sorbiers 21
1803 Chardonne

Téléphone: 021 921 44 72
Fax: 021 921 44 71

info@brigitte-marionlefort.ch


uniquement sur rendez-vous

message sur répondeur

© 2012 - 2017 brigitte-marionlefort.ch + Scylla web - une réalisation Scylla web

Agrandir le plan  |  Fermer cette fenêtre
[ fermer ]

Orthodontie fonctionnelle

Brigitte MARION-LEFORT est Docteur en chirurgie dentaire de l'Université de Clermont- Ferrand depuis mai 1985.
Elle a installé son cabinet dentaire à Chardonne en 2006 après avoir acquis en parallèle un diplôme de naturopathe qu'elle utilise pour l'art dentaire.


L'orthodontie fonctionnelle est l'harmonisation des dents et des mâchoires d'un sujet grâce à plusieurs types d'appareils amovibles choisis selon la difficulté du cas.
Le but est de privilégier la fonction, l'esthétique étant le résultat du travail fonctionnel.

Dans un 1er temps le dépistage fonctionnel est très important pour repérer les dysfonctions qui ont abouti à la malocclusion du sujet. La malocclusion est le mauvais positionnement des dents et/ou bien des mâchoires appelées encore arcades.
La rééducation de ces dysfonctions est le plus important travail pour éviter les récidives : c'est-à-dire pour éviter que les dents ne reprennent leur position d'origine.
Ces dysfonctions sont liées aux différents muscles qui environnent les dents et les mâchoires.
Normalement, les dents doivent se placer sur l'arcade dans un couloir neutre formé par les muscles locaux : langue, joues et lèvres et tous les autres muscles de la mastication dits périphériques qui se situent sur le crâne, dans le cou et la nuque. Tout le corps est concerné.
Ces dysfonctions locales sont :
- une langue et/ou une lèvre supérieure ou inférieure qui s'interposent entre les dents ou appuient sur une ou des dents,
- des joues mordues qui appuient sur les dents,
- une respiration mixte, c'est-à-dire nasale et buccale alors qu'elle doit être uniquement nasale,
- une langue qui n'est pas à sa place pendant le repos et la déglutition; la pointe de la langue doit être derrière les dents au palais sans les toucher,
-et/ou la succion d'un objet, d'un pouce, d'un doigt ou des ongles rongés.

Nous utilisons pour le traitement orthodontique l'appareil souple amovible de la Dentosophie et, si cela n'est pas suffisant, des plaques en résine amovibles.

La Dentosophie ou sagesse des dents est un terme inventé par les Dr Mathieu et Montaud de Montpellier (France) vers 2001.
Cette méthode désigne la technique qui utilise l'invention des dentistes Mr Soulet et Besombes de Clermont-Ferrand (France), dans les années 1950, à savoir l'appareil monobloc souple amovible ou positionneur ou encore appelé harmoniseur ou activateur.
Leur élève et disciple directe, le Dr Madeleine Schoch Bellocq de Clermont-Ferrand, continue, encore maintenant, de pratiquer et d'enseigner cette méthode.
Cette méthode permet de corriger la position des dents et des mâchoires du sujet en prenant en compte sa globalité. Elle permet l'harmonisation de la bouche et du corps du patient tout en respectant son développement et sa personnalité.
Cet appareil est porté 30 minutes dans la journée et toute la nuit, progressivement.
Le traitement dure environ 2 ans et ensuite le temps nécessaire pour guider toutes les dents définitives.
Après 3 visites rapprochées, au commencement du traitement, le sujet est ensuite suivi tous les 2 à 3 mois.
Cette technique douce permet de débuter tôt chez l'enfant, c'est-à-dire vers 5-6 ans.
Pendant la phase de l'âge de 5-6 ans à 13 ans environ, la dentition est mixte, c'est-à-dire qu'elle est formée de dents de lait et de dents d'adulte. Le potentiel de croissance est alors présent ce qui facilite le traitement.
Quand toutes les dents définitives sont présentes, sauf les dents de sagesse, donc souvent vers 13 ans voire plus tôt parfois, les possibilités de bouger les dents et les arcades sont limitées mais réalisables si le sujet est très motivé et persévérant.

Cet harmoniseur agit sur les dents et sur la forme des mâchoires par la mastication via les muscles.

les muscles modèlent l'os dans lequel se trouvent les dent :
en quelque sorte, les tissus mous modèlent les tissus durs


La Dentosophie appelle la collaboration d'un praticien-ostéopathe qui travaille sur la structure du crâne et sur tout le corps, régulièrement, pour suivre la croissance de l'enfant et libérer les tensions corporelles subsistantes car toute notre stature, ou tout notre équilibre dans l'espace, sont concernés :
par les yeux ou axe bi-pupillaire,
par l'appui podal ou comment les pieds appuient sur le sol en statique et dynamique,
et par le plan d'occlusion des dents du haut qui doit être parallèle au plan bi-pupillaire.

La qualité principale demandée pour la réussite du traitement avec l'harmoniseur comme avec tout appareil amovible, est la motivation du patient à se responsabiliser et à se discipliner pour le porter.
La trilogie parent-enfant-praticien est primordiale. Elle veille à entretenir la motivation et l'encouragement de l'œuvre mise en route.
Est-ce que tous les problèmes d'occlusion peuvent être traités ? Non, tout dépend du cas.
Dans un but de globalité, des pratiques annexes telles que : l'emploi des fleurs de Bach, d'huiles essentielles en olfaction et d'exercices de gymnastique ou autres peuvent être associées au port de l'harmoniseur et aux visites chez l'ostéopathe.

Ce monobloc est aussi utilisé chez l'adulte en cas de dents mobiles ou de douleurs des articulations des mâchoires. Le fait de mordre de manière symétrique sur cet appareil apporte de bons résultats. Le port sera régulier et quotidien et pas nécessairement nocturne.
A voir :
le chapitre sur l'occlusion.

[ fermer ]
[ fermer ]

Plombages

Les alliages en bouche : pour ou contre ?


Les métaux contenus dans la bouche, sous forme de plombages, couronnes, bridges, appareils amovibles ou implants, peuvent dans certains cas provoquer des maladies chroniques telles que : fatigue, fibromyalgie, tendinite, douleurs articulaires, maux de tête, problèmes digestifs, eczéma, etc...
Nous parlons alors d'intoxication ou pollution aux métaux buccaux.
Le terme de plombage est un terme inapproprié pour désigner un amalgame fait de matières en poudre : zinc, étain, argent et souvent cuivre avec un liant liquide : du mercure.
Une obturation est le remplissage d'une cavité dentaire par des matériaux différents choisis selon des critères esthétiques, financiers et l'importance de l'obturation.
Ces matériaux sont :
soit l'amalgame, dit plombage,
soit le composite, de la couleur de la dent,
soit un élément fait par le prothésiste, en céramique, en zircone ou en résine.

Que faire en bouche ?

Cette intoxication peut être électrique ou chimique.
La cause est différente, le traitement est aussi différent.
Dans le 1er cas, le remplacement d'obturations est envisagé pour quelques dents,
Dans le 2ème cas, le remplacement d'obturations est proposé pour toutes les dents et parfois les couronnes et les éléments prothétiques amovibles.

Elle se détermine par des mesures galvanométriques faites sur les alliages en bouche. Si nécessaire, des prises de sang spécifiques, des analyses de salive et de selles sont réalisées par des médecins compétents.

Que faire pour le corps entier ?

Il est à prendre en compte que cette intoxication de la bouche et donc du corps peut être influencée par les états d'âmes et le vécu du patient.
Un traitement complet sur tous les plans serait donc à entreprendre pour obtenir des résultats durables. Une dépose d'obturations, sans d'autre prise en charge, est souvent inefficace voire aggravante.
Des remèdes spécifiques sont prescrits pour aider l'organisme à éliminer ces métaux lourds avant une dépose d'obturations, puis pendant la dépose, qui se fait à raison d'1 obturation par mois, selon un protocole bien déterminé.
D'autre remèdes et thérapies aident le sujet sur les plans nutritionnels, émotionnels et mentaux à se libérer peu à peu, à se désintoxiquer et ainsi à augmenter son seuil de tolérance aux éléments polluants divers du quotidien.

La motivation réelle et la responsabilisation du patient
avec le soutien assidu du thérapeute
amènent à des résultats tangibles et durables.

Bonne santé !
Avec un amalgame une obturation dure plus longtemps,
Avec un composite, le patient dure plus longtemps !

[ fermer ]
[ fermer ]

Occlusodontie

[ en construction ]

[ fermer ]
[ fermer ]

Symbolique dentaire

C'est en fait la réflexologie dentaire, comme il existe la réflexologie des pieds, des mains et des oreilles et aussi une lecture du corps sur l'iris.

Les chinois, déjà, avaient édifié des cartes avec des relations entre dent et organe.
Le Dr ORSATELLI, dentiste français, a écrit une thèse, vers 1970, sur ses observations cliniques. Il a surtout mis l'accent sur les rapports entre les dents elles-mêmes avec la notion de dent dominante et dominée où l'une sans symptôme, influence une autre dent qui, elle, a un symptôme tel que douleur, déchaussement, etc...
Puis de nombreux auteurs ont écrit par la suite plusieurs livres.
Le 1er livre sur le sujet a été écrit par le Dr Michèle CAFFIN.


L'acceptation de la trilogie dent - organe - émotion est la base de cette symbolique.

Elle permet d'identifier la relation entre la dent et le méridien d'un organe et donc les lieux corporels correspondants où passe le méridien.
En effet, c'est un méridien voire 2 méridiens qui sont reliés à chaque dent; donc ce n'est pas exactement l'organe du méridien qui est à considérer, mais tous les points par où passe le méridien. Nous pouvons ainsi élucider des troubles, des douleurs à distance.
Elle est aussi utilisée quand une dent est radiologiquement et physiquement correcte de visu et sans anomalie de traitement, alors qu'elle présente une douleur ou gêne ou mobilité persistante.
Une souffrance émotionnelle peut rester bloquée sur cette dent et produire des toxines locales engendrant ces symptômes.

Cette approche et cette réflexion demandent du courage, de l'humilité pour le patient et le praticien, car l'être humain est complexe.
Souvent, quand la relation dent-organe-émotion est révélée, la prise de conscience du sujet suffit pour faire disparaître le symptôme. Dans les autres cas, des thérapies annexes sont nécessaires.



image de bouche Dentosophie, le cri des dents.
Par Georges Didier
mercredi, 12 mars 2008



En amont de la psy et du langage, il y a la bouche et sa forme. Les tensions psychiques s'y expriment par le minéral des dents, leurs implantations et l'éventuel déséquilibre buccal... car c'est le psychisme qui imprime sa forme à la bouche. Aujourd'hui, le moment est venu d'envisager une collaboration entre des dentistes qui respectent ce langage secret de la bouche et les thérapeutes de tous poils qu'ils soient analystes, psychothérapeutes, médecins ou ostéopathes. Rencontre avec la dentosophie, cette nouvelle science qui aborde la bouche avec sagesse.

Les dentistes ont deux mauvaises réputations. On les dit menteurs comme des arracheurs de dents. Et pourtant aujourd'hui certains arrachent moins, voire plus du tout et surtout prennent conscience que la bouche offerte à eux ne ment pas. Elle crie l'invisible.

Les dentistes ont également la réputation d'être en retard. Ils le sont généralement car ils soignent ce qui est déjà abîmé. Aujourd'hui, il y en a qui anticipent et se placent en amont. Et qu'est-ce qui est en amont de la parole ? - La bouche et son ouverture. Où se manifestent en premier les ressentis des tensions psychiques ? - Dans l'équilibre/déséquilibre buccal.

Lacan disait que le langage, c'est vraiment ce qui ne peut avancer qu'à se tordre et à s'enrouler, à se contourner d'une façon dont après tout je ne peux pas dire que je ne donne pas ici l'exemple. (J. Lacan, La Troisième, Intervention au congrès de Rome, in Lettres de l'E.F.P., N) 16, 1.11.74, Paris, p. 196).

Il y a aujourd'hui une nouvelle race de dentistes, les dentosophes, qui abordent la bouche et son équilibre/déséquilibre comme des horlogers des mondes intérieurs. Ils pénètrent le secret de leurs patients en leur ouvrant la bouche et lisent leur psychisme au plus précis en analysant les implantations dentaires et leurs éventuels accidents.

Les dents crient, se déchaussent, poussent de travers, se font des caries. Elles s'expriment car il faut bien que les tensions trouvent un lieu pour manifester leurs tourments. C'est en amont de la parole et déjà les dents parlent et disent leur malheur, leur inhibition ou leur relâchement. Les psys devront s'y faire, ils vont devoir collaborer avec ces professionnels d'un genre nouveau. Ces dentistes-là sont dans la force de la fonction minérale, bien en amont de tout.

Maxillaire et mandibule

L'enfant s'organise autour de la bouche. Le maxillaire (dents du haut) est fixe. Il donne forme à la voûte buccale (palatine). Pour la dentosophie, c'est le projet de vie, lieu du projet parental, le fondamental où va venir buter la mandibule (dents du bas), seule articulation libre de la tête.

La mandibule exprime la liberté face au projet initial. Déjà tout est dit.

Autour du parler, l'enfant va marcher puis penser. Et entre les deux, la langue : où va-t-elle se poser ? Questions inédites car jamais abordées. Où posons-nous notre langue ? Est-elle paresseusement étendue en bas de la bouche, comme découragée ? Est-elle en position dynamique en haut du palais venant faire corps avec la voûte palatine ?

Pour tous les dentistes, mais surtout pour les dentosophes, la langue devrait être en haut. En effet, placée haut, elle vient coller et élargir la voûte palatine donc donner de l'envergure au projet. Le maxillaire peut ainsi s'élargir. La vie aussi.

Langage ou dents ?

La dentosophie est ambitieuse. Elle ose dire que souvent les thérapies de la parole ou les thérapies corporelles tournent en rond. Pour elle, il faudrait changer le dispositif énergétique en amont. Pas par des "rebirth" ou des "respirations sur d'autres plans", mais par un accès au plan premier, là où s'enracine l'énergie première, le minéral et son expression : les dents et la première ouverture du corps, la bouche. C'est ici que l'humain est en interpénétration avec le monde, là qu'il le ressent, veut le manger, lui parler, échanger et lui sourire.

Par exemple des bouches ont été inhibées par la première fréquentation du monde. Des dents peuvent se chevaucher comme s'il manquait de la place pour l'expression, comme si elles attendaient une autorisation à l'envergure. Pour les dentosophes, il va falloir élargir la bouche pour libérer cette énergie coincée.

Question : les thérapies connues peuvent-elles "élargir" une bouche et lui redonner son envergure ? - on ne l'a pas encore vu, répond la dentosophie. Pour elle, l'énergie est bloquée au plus profond et la parole ou même le travail énergétique ne peuvent encore atteindre cette puissance-là. Pour elle, il faudrait, dans ce cas, un travail conjoint du dentosophe et du thérapeute.

Article paru dans le Journal "Réel" :www.journalreel.com

[ fermer ]